Titre original : The Fourth Hand, 2001 de John Irving

La quatrième main, Edition du Seuil, avril 2002
Traduit par Josée Kamoun
376 pages

Mise en bouche :

D’un
côté , le reporter Patrick Wallingford au charme irrésistible,
dont la main gauche est emportée par le lion d’un cirque indien
devant des milliers de téléspectateurs.

De l’autre, la
récente veuve d’un ardent supporter des Packers, native du
Wisconsin, disposée à céder la main gauche de son défunt mari
contre un droit de visite de ladite main et une fécondation des plus
officieuses.

Pour corser le tout, la greffe est opérée par un
brillantissime chirurgien de Boston dont la maigreur semble avoir
quelque chose de compulsif, marathonien, ornithologue amateur,
granivore et propriétaire d’un chien coprophage, divorcé depuis six
mois, et dont le principal souci consiste à obtenir l’affection de
son jeune fils envers et contre les mises en garde de son ex-femme.

Ma lecture : j’ai connu John Irving par l’Epopée d’un buveur d’eau” que j’ai apprécié. J’ai lu par la suite “Le Monde selon Garp”, “Une prière pour Owen”, “L’œuvre de Dieu, la part du Diable”, que j’ai adorés. J’ai moins aimé “Liberté pour les Ours”, “L’Hotel New Hampshire”, “Une veuve de papier”**.

J’ai (re)découvert “La quatrième main” dans ma bibliothèque il y a quelques jours, l’ai lu en quelques soirées et beaucoup apprécié. Je me suis amusé à lire cette histoire, dont les personnages sont très attachants. J’ai retrouvé la verve de cet écrivain, son humour aussi, qui me divertissent énormément. Je le recommande, sans hésiter. Pour mieux connaître John Irving : http://www.ratsdebiblio.net/irvingjohn.html

Ma cote : 7,5/10

**Je le relis pour l’instant